• que doit- on faire lorsque l'économie modernisée s'impose dans nos pays ?

    L'économie mondialisée doit détruire la planète

    Ce qui se passe ces jours sur les marchés nous confirme clairement une chose : pour survivre, l'économie mondialisée doit absolument détruire la planète. Et plus elle le fait vite, mieux elle tourne.


    Que constate-t-on depuis lundi? La crainte d'une récession américaine a fait flancher les marchés. Pourquoi? Car si le consommateur américain réduit un tant soit peu sa consommation, l'économie mondiale ralentit et s'écroule. Mais ce que l'on a tendance à oublier c'est que les américains ne consomment pas, ils surconsomment.


    Grâce à la notion d'empreinte écologique, on sait qu'il faudrait l'équivalent de 6 planètes Terre si nous consommions tous comme des américains. Cette estimation vaut ce qu'elle vaut, mais elle a le mérite d'être claire. Le hic, c'est que la moindre crainte de fléchissement de cette boulimie frénétique entraîne l'économie mondiale dans une chute.


    Le monde entier est donc suspendu à cette surconsommation absurde d'une population de millions d'individus qui conduit des voitures stupidement énormes et qui compte la plus grosse proportion d'obèses au monde.


    Lorsque la Réserve Fédérale Américaine (FED) baisse les taux d'intérêt pour relancer le crédit, comme elle l'a fait hier, elle le fait dans le seul but de ne surtout pas freiner la surconsommation. Comme lorsque George W. Bush, au lendemain du 11 septembre a exhorté ses concitoyens, non pas à se recueillir, à prier ou à réfléchir, mais bien à "consommer", à faire du "shopping".


    Car si les américains se mettaient soudainement à consommer normalement, s'ils utilisaient des transports en commun (ou même des petites voitures), s'ils mangeaient moins de viande, et achetaient moins de gadgets technologiques, l'économie mondiale s'affaisserait dans un krach monumental entraînant précarité et pauvreté dans le monde entier. À moins que la Chine, premier pollueur mondial, ne prenne le relais...


    Je ne souhaite pas la récession par sadomasochisme, mais j'espère sincèrement que la crise financière sera suffisamment forte et durable pour nous forcer à questionner un système qui se nourrit de la destruction du monde, et qui, ce faisant, scie la branche sur laquelle nous sommes tous assis.


  • Commentaires

    1
    Joe
    Samedi 1er Novembre 2008 à 23:30
    OK
    Entièrement d'accord avec votre point de vue souligné par cet excellent article Véronique. amicalement joe
    2
    Dimanche 2 Novembre 2008 à 10:38
    Bonjour Joe
    Merci de partager avec moi ce point de vue !!A croire que le consommateur est vital sur cette planète, parfumé à l'arnaque !!! Bonne journée Joe.
    3
    Joe
    Mardi 4 Novembre 2008 à 16:22
    Bonjour
    Je vous en prie Véronique,et merci mais je ne crois pas être le seul à partager ce point de vue avec vous. Le monde actuel est malheureusement basé que sur l'argent et sur l'apparence. Espérons que ces mentalités changeront au plus vite et que les êtres humains s'apprécieront bientôt à leur juste valeur avec un peu plus d'amour et de compassion entre eux. Amicalement Bisous Joe
    4
    Mardi 4 Novembre 2008 à 16:28
    Joe
    Je crois qu'on peut rêver encore longtemps avant de voir de l'amour et de la compassion entre les êtres humains! C'est foutu, on est allés trop loin et il serait difficile de revenir en arrière. Mais, on a encore le droit de rêver: Et je suis certaine qu'au fond, tout le monde rêve de paix, d'amour et de compassion. Moi la première!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :